top of page

L’Ecole du Service de Santé des Armées de Lomé (ESSAL) abrite une formation en médicine d’urgence.

L’Ecole du Service de Santé des Armées de Lomé (ESSAL) abrite une formation en médicine d’urgence et sauvetage au combat de la Force en Attente de la CEDEAO.





L’ESSAL abrite du 29 novembre au 10 décembre 2021 une formation au profit du personnel médical et paramédical de la Force en Attente de la CEDEAO (FAC). Organisée à travers le Projet ECOWAS Peace and Security Architecture and Operations (EPSAO), co-financé par l’Union Européenne et le Ministère Fédéral Allemand de la Coopération Economique, cette formation vise à outiller la FAC pour faire face aux nombreux et multiformes défis sécuritaires rencontrés dans la région Ouest-Africaine.

De tels défis incluent l’extrémisme violent traduit par les attaques terroristes, ainsi que les épidémies et les pandémies dont la COVID-19 qui ont rendu plus difficile le déploiement de missions de paix. Pour ce faire, la Commission de la CEDEAO à travers sa Division des Opérations de Soutien à la Paix a jugé nécessaire de confier à L’Ecole Nationale à Vocation Régionale ESSAL, qui forme des Officiers Médecins et Pharmaciens des pays de l’Afrique Francophone depuis plus deux décennies, la formation de sa force en attente en spécialités médicales dont la médecine d’urgence et le sauvetage au combat.

La médecine d’urgence est une spécialité médicale basée sur les connaissances et les compétences requises pour la prévention, le diagnostic et la gestion des aspects aigus et urgents de la maladie et des blessures affectant les patients de tous les groupes d’âge. Quant à la formation au sauvetage au combat, elle permet l’enseignement des techniques et conduites à tenir pour sauver la vie de personnels déployés dans des missions en attendant des secours spécialisés. Les militaires infirmiers et médecins termineront leur formation par des exercices de simulation qui permettent une confrontation virtuelle avec ce qu’ils seront amenés à mettre en œuvre dans les zones de conflits.

Lors de son allocution de bienvenue aux participants, le directeur des formations de l’ESSAL a souligné que la multiplication des situations de crises sécuritaires appelle les personnels de santé de nos Etats à renforcer leur capacité de prise en charge des différentes urgences.

A sa suite, la cheffe de coopération représentant l’Ambassade d’Allemagne, Camilla Gendolla, a indiqué que la pandémie actuelle de Covid-19 a clairement démontré l’importance du personnel médical dans les opérations de soutien à la paix pour fournir l’appui nécessaire au personnel des missions, ainsi que pour aider les populations vulnérables dans leurs zones d’opération. Quant au représentant la Délégation de l’Union Européenne au Togo, Frédéric Varenne, il a souligné l’importance de la coopération et de la coordination pour venir à bout des menaces existantes, et s’est félicité de l’union d’action européenne matérialisée par la présence de la France, de l’Allemagne et de l’UE à l’ouverture de cette importante formation. Prenant la parole, le Chef de la Division Opérations de Soutien à la Paix de la CEDEAO, Col. Major Ollo Alain Pale a exprimé la détermination de la CEDEAO à renforcer les capacités de sa Force en Attente à travers une série de formations en spécialisations médicales à venir, et a loué l’engagement de l’union européenne, du gouvernement allemand et de son agence de mise en œuvre la GIZ, pour la matérialisation de ces formations. Enfin, le Col Djibril Mohaman, représentant le Chef d’Etat-Major des Forces Armées Togolaises, a rappelé que la santé est ce qu’est la sécurité à l’Etat, à savoir la base et le fondement de toute action efficace pour le développement. Sur ce, il a déclaré ouverte la formation ouverte qui regroupe 25 participants francophones, anglophones et lusophones issus des Etats membres de la CEDEAO.


Allocution Frédéric Varenne (UE)


Col. Maj. Pale (CEDEAO) faisant son allocution

De gauche a droite: Frédéric Varenne (UE), Régis Lacroix (Ambassade de France), Camilla Gendolla (Ambassade d’Allemagne)

Pour plus d’info sur le projet EPSAO :


Commentaires


bottom of page